# PANAFRICOM-TV/ USA VS ETHIOPIE (I): LE CHANTAGE US A L’AIDE AU DEVELOPPEMENT (‘ZOOM AFRIQUE’ DU 01 09 2020)

0
43

* La video sur : https://vimeo.com/453730412/ 
(Séquence ETHIOPIE du magazine de 3’17 à 7’30)

Sur le ZOOM AFRIQUE de PRESS TV du 1er septembre 2020 :
Le chantage à l’américaine bat son plein. Les États-Unis s’en prennent maintenant à l’Éthiopie

Le chantage à l’américaine bat son plein. Les États-Unis s’en prennent maintenant à l’Éthiopie en menaçant de couper son aide au développement. L’Éthiopie soupçonne les USA de vouloir la priver de 130 millions $ d’aide au développement pour faire pression sur elle dans le cadre des discussions sur le barrage de la Grande Renaissance (GERD). Alors que les négociations vont d’impasses en impasses, le remplissage du barrage se poursuit.

Le barrage est construit sur fonds propres pour plus de 4 milliards $ sur le Nil bleu, dont l’Égypte est tributaire pour son alimentation en eau douce. Elle craint en effet que son approvisionnement en eau soit compromis. L’Éthiopie pour sa part estime qu’il n’en sera rien et qu’elle a le droit d’utiliser les ressources de son territoire pour son développement. Ce qui est légitime. Les négociations entamées depuis 2016, sous l’égide de plusieurs médiateurs dont les États-Unis début 2020, pour parvenir à un accord entre les deux pays n’ont toujours pas abouti. En attendant, l’Éthiopie a démarré le remplissage du barrage durant le mois de juillet dernier. Mais visiblement le fait que l’Éthiopie utilise ses propres ressources a l’air de déranger Washington pour mettre une telle pression à Addis-Abeba. Cela dit, est-ce que dans ce dossier les États-Unis prennent parti pour l’Égypte, ou c’est vraiment un prétexte pour pouvoir envoyer des coups à l’Éthiopie ?

Fitsum Arega, l’ambassadeur d’Éthiopie aux États-Unis, a tweeté lundi, affirmant qu’il avait entendu dire que la réduction des secours était liée au grand barrage de la Renaissance éthiopienne et que des éclaircissements seraient attendus des États-Unis plus tard lundi. Il a ajouté que son pays est déterminé à achever le barrage, affirmant que « nous sortirons l’Éthiopie de l’obscurité ». La réduction prévue a été rapportée par Foreign Policy jeudi soir et a provoqué des remous parmi certains en Éthiopie, un compagnon de sécurité régional du porte-parole du département d’État américain a déclaré vendredi qu’ils n’avaient « actuellement » aucune annonce concernant l’aide américaine. Le porte-parole a ajouté que « nous pensons que le passé de l’Égypte, de l’Éthiopie et du Soudan montre qu’il est encore possible de parvenir à un accord équilibré et équitable d’une manière qui prend en compte les intérêts des trois pays. … Nous réaffirmons notre engagement à rester impliqués avec les trois pays jusqu’à ce qu’ils parviennent à un accord ».

Le plus grand barrage hydroélectrique d’Afrique a créé de graves tensions avec l’Égypte, qu’elle a qualifiée de menace existentielle, et craint que la part du pays dans les eaux du Nil diminue. L’Éthiopie affirme que le barrage de 4,6 milliards de dollars sera un moteur de développement qui sortira des millions de personnes de la pauvreté. Le Soudan, au centre, est préoccupé par les effets sur ses propres barrages, bien qu’il bénéficie d’un accès à une électricité bon marché. Le pape François a récemment exhorté l’Égypte, l’Éthiopie et le Soudan à poursuivre les pourparlers au milieu des préoccupations régionales selon lesquelles le différend pourrait conduire à un conflit militaire. Ce qui pourrait intéresser les États-Unis et même Israël, qui s’est forgé une réputation de vendeur d’armes en Afrique. Les États-Unis ont tenté de jouer un rôle de médiateur dans les discussions plus tôt cette année, mais l’Éthiopie s’est éloignée au milieu d’accusations selon lesquelles Washington prenait le parti de l’Égypte.

Le réservoir de 74 milliards de mètres cubes du barrage a été rempli pour la première fois en juillet, ce que le gouvernement éthiopien a célébré et attribué aux fortes pluies. L’Éthiopie avait déclaré qu’elle remplirait le barrage avec ou sans accord avec l’Égypte et le Soudan ou encore les États-Unis. Tout ce qui se rapporte à un développement sur le continent africain est contesté par l’Occident. Certains veulent absolument que la déstabilisation continue dans la Corne de l’Afrique afin de garder une présence militaire sur place et de pouvoir vendre des armes plus facilement aux différentes parties en lice en menaçant de couper leur aide au développement.

_______________

# PANAFRICOM/
PANAFRIcan action and support COMmittees :
Le Parti d’action du Néopanafricanisme !

* Suivre Panafricom-Tv/
https://vimeo.com/panafricomtv 
* Découvrir notre WebTv/
http://www.panafricom-tv.com/ 
* Voir notre Page Officielle Panafricom/
https://www.facebook.com/panafricom/ 
* Aborder notre Idéologie panafricaniste/
Panafricom II – Néopanafricanisme
https://www.facebook.com/Panafricom2/ 
* Panafricom sur Twitter/
@Panafricom
https://twitter.com/Panafricom
* Blog PANAFRICOM-NEWS/
https://www.scoop.it/topic/panafricom

PAS DE COMENTAIRES