# LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/ LUC MICHEL: ESQUISSE DE LA GUERRE HYBRIDE (IV). AU-DELA DU SOFT POWER, ANATOMIE DE LA GUERRE HYBRIDE RUSSE (CRIMEE, DONBASS, SYRIE, AFRIQUE)

0
82

Le Quotidien géopolitique – Geopolitical Daily/
de LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ)/
2021 09 09/
Série III/1361

En Ukraine au printemps 2014, la Russie lance sa version de la guerre hybride. La Crimée redevient russe, sans tirer un seul coup de feu, sans un mort. Et au Donbass, Donetz et Lugansk proclament des républiques autonomes. Et sans la frilosité regrettable de Moscou, les acteurs géopolitiques pro-russes non-étatiques auraient réalisé à l’automne 2014, le gambit géopolitique : la libération de la Novorossiya d’Odessa à Kharkov et à Donetsk. Un dossier pas terminé ! C’est la réaction de la Russie considérée comme une « puissance pauvre », c’est-à-dire qui a moins de moyens que les Américains ou l’OTAN pour combattre ceux-ci. Depuis la guerre hybride russe s’est étendue à la Syrie et à l’Afrique …

* Voir sur LUC-MICHEL-TV/
LUC MICHEL:
ESQUISSE DE LA GUERRE HYBRIDE (IV).
AU-DELA DU SOFT POWER, ANATOMIE DE LA GUERRE HYBRIDE RUSSE (CRIMEE, DONBASS, SYRIE, AFRIQUE)
https://vimeo.com/599555273

* Extrait de Géopolitique Internationale
du 22 septembre 2021
« ENQUETE DANS LES COULISSES DU SOFT POWER EN AFRIQUE »

On ne parle pas ici de Soft power, mais de « guerre hybride ». La guerre hybride c’est un concept qui a été élaboré entre 2002 et 2006 (au Liban) mais surtout après 2014, après les évènement d’Ukraine. Cette « guerre hybride » russe concerne l’Ukraine, la Syrie et l’Afrique.

« L’analyse occidentale n’a pas tardé à attribuer les origines du comportement actuel de la Russie au chef d’état-major général russe Gén. Valery Gerasimov. En février 2013, Gerasimov a articulé sa théorie de la guerre moderne dans un article désormais célèbre (…)
« guerre Hybride » et la « doctrine Gerasimov » ont été volontairement inventés comme termes parapluie en Occident pour décrire, souvent sans contexte ou à tort, l’approche non linéaire russe de la guerre. En effet, l’article a été écrit dans le contexte de LA REPONSE DE LA RUSSIE AU PRINTEMPS ARABE et sa peur de la propagation des révolutions de couleur contre les régimes amis du Kremlin. Gerasimov a fusionné les méthodes des précédentes tentatives d’utilisation des stratégies de la confrontation non linéaire contre des rivaux plus puissants avec les nouvelles technologie ».

LE GENERAL GERASSIMOV, THEORICIEN RUSSE DE LA GUERRE HYBRIDE : LA « DOCTRINE GERASIMOV »

« Dans ce contexte, les opérations russes doivent conduire à l’information et à la domination psychologique de l’ennemi. Semer le chaos fait donc partie de ce que les stratèges de l’armée russe appellent la « période initiale de guerre » (…) mais appliquée à la guerre moderne. Ces concepts suppriment la frontière entre la paix et la guerre, plaçant la politique et les armes dans la même catégorie. Dans son texte, Gerasimov a décrit la façon dont les puissances militaires avancées en Occident s’engagent dans la guerre, tout en décrivant l’importance des moyens non militaires pour atteindre des objectifs militaires. Il a souligné les principales menaces à la souveraineté russeet a suggéré que la politique du Kremlin devait être plus ouverte aux idées innovantes sur la sécurité future.

* Voir Valery Gerasimov,
« La valeur de la science dans l’anticipation »
[en russe],
Courrier militaro-industriel, 27 février 2013, sur http://www.vpk-news.ru/articles/14632

Cet article du chef de l’état-major est cité en particulier comme révélateur de la nouvelle doctrine de la Russie, et considéré comme illustratif de son approche de la guerre hybride. Il décrit les opérations de l’OTAN contre la Libye comme un exemple de la guerre moderne par l’Occident, et un modèle pour La Russie à observer de près.

DEPUIS LA GUERRE HYBRIDE RUSSE S’EST ETENDUE A LA SYRIE ET A L’AFRIQUE …

La Russie retrouve « les champs de bataille de la Guerre froide des années 1960-1989 », analyse STRATFOR, le thnk tans US, en janvier 2018. Le grand retour de Moscou en Afrique se fait dans le cadre de l’extension mondiale de la « nouvelle Guerre froide 2.0 ». La « Russie retrouve donc les champs de bataille de la Guerre froide des années 1960-1989 entre Soviétiques et Américano-occidentaux. Une analyse de janvier 2018 qui révèlait déjà les inquiétudes de Washington sur le grand retour de Moscou en Afrique. En commençant par l’Afrique sub-saharienne …

LA GUERRE MEDIATIQUE ET LA « MILITARISATION DE L’INFORMATION » AU CŒUR DE LA GUERRE HYBRIDE RUSSE

Et enfin, la « guerre hybride » c’est aussi la guerre médiatique proprement dite. « Un élément clé de la boîte à outils de guerre hybride de la Russie est l’« armement » de l’information, ou l’utilisation de la guerre de l’information (la gestion des technologies de l’information et de la communication). Un élément clé de la boîte à outils de guerre hybride de la Russie est l’« armement » de l’information, ou l’utilisation de la guerre de l’information (la gestion des technologies de l’information et de la communication). En maîtrisant avec succès la militarisation de l’information, l’acteur permet une forme de guerre « non matérielle » qualitativement plus intense et plus puissante, non militaire – donc une composante psychologique de la guerre ».

L’analyse de l’OTAN est purement et simplement complotiste : « Les opérations de guerre de l’information comprennent un mélange de propagande, de désinformation , la duplicité diplomatique, la manipulation des médias ou la diffusion de mensonges purs et simples destinés à semer la confusion et à diviser l’opinion au sein de l’État ciblé et d’autres adversaires. Ensemble, ils créent et contribuent à une puissante composante psychologique du conflit. Il a été avancé que l’utilisation actuelle par la Russie de la guerre de l’information/la guerre psychologique dans le contexte de l’Ukraine dépasse les limites tracées pendant la guerre froide. L’acteur permet une forme de guerre « non matérielle » qualitativement plus intense et plus puissante, non militaire – donc une composante psychologique de la guerre ». Il a été avancé que l’utilisation actuelle par la Russie de la guerre de l’information/la guerre psychologique dans le contexte de l’Ukraine dépasse les limites tracées pendant la guerre froide » (dixit University of Ottawa).

DES OPERATEURS INDEPENDANTS NON-ETATIQUES

Cette guerre hybride n’est pas menée directement par l’Etat russe. Précisément, il s’agit pour les russes de pas être mêlés directement à celle-ci. Les opérations militaires des firmes de sécurité russe par exemple en Centrafrique. Ou si la diplomatie parallèle ou la guerre médiatique fonctionnent et bien c’est tout bénéfice pour la Russie, si ça échoue la Russie n’est pas impliquée dans leurs échecs.

Les américain du Pentagone identifient donc des acteurs indépendants, qu’ils appellent des « entrepreneurs d’influence ». Ils en ont identifié cinq, il y a notamment le russe Konstantin Malofeev (qui est l’homme qui gère le secteur conservateur en Europe pour la Russie), il y a Evgueni Prigojin. Et il y a moi même puisque je suis le 5eme de ces « entrepreneurs d’influence », je suis présenté comme celui qui « ouvre les nouveaux front ». Ce qui n’est pas faux.

DES « ENTREPRENEURS D’INFLUENCE » AUX « ENTREPRENEURS GEOPOLITIQUES »

Deuxièmement, y a ce que ce qu’ on appelle les « operateurs géopolitiques ». La plus grande partie de mon activité ce ne sont pas les médias c’est pas Afrique Mediaş ou Press tv ou mes WebTv, ça c’est la partie de émergée de l’iceberg. Mon activité principale c’est le lobbying, c’est la « diplomatie parallèle ». Justement, je suis très attaqué en Belgique la dessus (sur la Libye de Kadhafi en 2011, ou la Crimée et le Donbass en 2014), j’ai fait l’objet de diverses interpellations parlementaires de pays de l’Union dite « européenne ».

# NOTE COMPLENTAIRE 1 :
DE LA RUSSOSPHERE A L’IRANOSPHERE !
Luc Michel a puissamment contribué à la structuration du lobby pro-russe, la « Russosphère », au cœur de la guerre hybride, en Eurasie depuis 2005 et en Afrique après 2014. « Luc Michel est omniprésent dans la Russosphère internationale », dira de lui L’Express en 2015. Aujourd’hui, le Bloc de l’Est c’est Moscou, Pékin et Téhéran et les iraniens arrivent en Afrique soutenir les Néopanafricanistes. Voici donc le géopoliticien Luc Michel, consultant permanent de la Télévision d’Etat iranienne francophone PRESS TV (avec son ZOOM AFRIQUE quotidien), occupé à structurer une « Iranosphère » en Afrique …

# NOTE COMPLENTAIRE 2
Le grand retour de mes Éditions Machiavel fondées en 1982 ! Je sortirai dans les prochains jours un nouveau livre: Le livre fera 350 pages sur ma vision de la Guerre hybride. Qui est au coeur de mon action internationale en tant qu’ « entrepreneur géopolitique » …
Titre: « La russosphere. Anatomie, théories et acteurs de la guerre hybride »

LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE

* Avec le Géopoliticien de l’Axe Eurasie-Afrique :
Géopolitique – Géoéconomie – Géoidéologie – Géohistoire – Géopolitismes – Néoeurasisme – Néopanafricanisme
(Vu de Moscou, Téhéran et Malabo) :
PAGE SPECIALE Luc MICHEL’s Geopolitical Daily
https://www.facebook.com/LucMICHELgeopoliticalDaily/
________________

* Luc MICHEL (Люк МИШЕЛЬ) :
WEBSITE http://www.lucmichel.net/
PAGE OFFICIELLE III – GEOPOLITIQUE
https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel.3.Geopolitique/
TWITTER https://twitter.com/LucMichelPCN
LUC-MICHEL-TV https://vimeo.com/lucmicheltv
* EODE :
EODE-TV https://vimeo.com/eodetv
WEBSITE http://www.eode.org/
LINKEDIN https://www.linkedin.com/in/luc-michel-eode-600661163/

LM.GEOPOL - III-2021-1361 guerre hibride IV (2021 09 09) LM.GEOPOL - III-2021-1361 guerre hibride IV (2021 09 09) 2

PAS DE COMENTAIRES